top of page
  • adjastmg

Ny fianarana no lova tsara indrindra

Dernière mise à jour : 17 oct. 2022

Ny fianarana no lova tsara indrindra », un proverbe malgache qui signifie littéralement «l’enseignement est le meilleur des héritages». Ce proverbe illustre l’importance de l’éducation à Madagascar.


Photo des élèves lors du levé de drapeau à l'école


Si l’école est la première référence pour l’éducation, il y a cependant plusieurs moyens pour apprendre.

À Madagascar, un pays où la culture ancestrale occupe une grande place, en l’apprentissage d’un enfant peut se faire par des contes. En absence de livre, ces contes se transmettent de génération en génération par le biais du « lovan-tsofina» (de bouche-à-oreille). En effet, nos grands-parents n’écrivaient pas mais chaque soir dans les petits villages ils regroupent leurs petits-enfants pour leur raconter une histoire telle que « Trimobe sy Rafara » ou « Kotofetsy sy Makà ». Ces histoires se concluent en général par une morale. Une chose que chaque enfant doit s’imprégner tout au long de sa vie.


.Le rapport entre l’éducation et l’héritage :

Par définition, un héritage est un bien acquis par succession. De ce fait, l’éducation se fait par succession direct de parent à enfant, ou lors des différents évènements familiaux. Comme invoqué précédemment, les contes se transmettent de bouche-à-oreille et les leçons qui vont avec. En plus de cela, le quotidien et les évènements familiaux sont des écoles pour un Malgache. Quel que soit le type d’évènement (fiançailles, mariage, naissance, décès, ect...) chaque membre de la famille a un rôle bien défini. Un rôle conduisant à la hiérarchisation de la famille. De ce fait, les plus jeunes observent et apprennent car ces derniers prendront le relais de ses aînés dans le futur.


Pour illustrer cette hiérarchie familiale, Gil Dany Randriamasintiana rapporte ce proverbe dans son article : « si un enfant refuse de jouer, c’est qu’il est déjà grand, offrez-lui une bêche pour qu’il travaille car il est déjà adulte, si un adulte refuse de travailler, c’est qu’il est déjà vieux, chargez-le d’entretenir le feu […] ; si un vieillard refuse d’attiser le feu, envoyez-le au tombeau car il est déjà ancêtre ; et si un ancêtre ne vous protège pas, réveillez-le pour qu’il déterre les patates douces ».


La place des études dans la culture malgache :

Les études ont une place importante à Madagascar. Faire des longues études est un signe de réussite sociale. La plupart des parents rêvent que leurs enfants deviennent, médecins, avocats, magistrats, dirigeants d’entreprises. Pour cela, ceux qui ont les moyens sont prêts à faire des sacrifices tels que la vente de tout ou partie de leurs biens (zébus, terrains, bijoux) pour financer les études de leurs enfants.

Adjani P.

74 vues0 commentaire

Comments


bottom of page